TEMPIO

par Emanuel Domenech

Bergers et bandits. Souvenirs d’un voyage en Sardaigne

Paris 1867

Dentu, Libraire-Editeur, Palais-Royal 17 et 19 (Galerie d’Orleans)

en italien: 

Henri Louis Avelot - Tempio, ca 1894-1902
Tempio, chef-lieu de la province, est une petite ville assez malpropre construite en beau granit.

Ses maisons, bien bâties, ne manquent pas d’un certain air de grandeur; quelques-unes même sont de vrais palais, mais des palais italiens, et l’on sait qu’en Italie le mot de “palais” est aussi prodigué que celui “d’excellence”.

Sa cathédrale, dédiée à saint Pierre, est la seule des treize églises de Tempio qui mérite d’être visitée.
Située au milieu de la plaine de Gemini, – plateau élevé à six cent soixante mitre au-dessus du niveau de la mer – la ville s’étend sur un mamelon, regardant d’un côté la magnifique chaîne des Limbara, dont les cimes déchiquetées atteignent 1265 mètres de hauteur, et de l’autre côté, les montagnes d’un aspect moins sauvage qui longent la vallée de la Liscia.

La Sardaigne offre peu de panoramas aussi beaux que celui qui se déroule devant Tempio.

par Vittorio Ruggero
par Antonio Concas
Les Tempièses sont hardis, courageux, hospitaliers, bons agriculteurs, adroits tireurs; ils fabriquent les meilleurs fusils de l’île et savent également le mieux s’en servir; beaucoup s’adonnent à la vie pastorale, principale occupation des habitants de la Gallura.
par Pittaluga-Levilly
par Pittaluga-Levilly
Peu de temps avant la suppression des vice-rois à Cagliari, lorsque je me trouvais encore en Sardaigne, l’Intendente ou gouverneur de Tempio, s’étant compromis par des actes d’injustice, reçût “le signale de la mort”.

Quand un home veut exécuter une vengeance à mort, il doit, selon l’usage du pays, avertir son ennemi pour lui donner le temps de se repentir, de se préparer à mourir ou de faire une immédiate réparation. Ce signal consiste ordinairement en une balle envoyée à travers la fenêtre ou la porte de la maison. Malgré les précautions prises par ce gouverneur après l’avertissement donné, il fut assassiné un soir sur la place publique.

Giuseppe Cominotti - Saluto tempiese, 1825
L’eau fraîche et pure coule abondamment à Tempio et dans ses environs. On voit surtout une fontaine, près du palais du gouverneur qui est très-estimée des Tempièses; l’eau surgit d’un rocher naturel, ombragé par des saules babyloniens.

Dans la journée, mais principalement le soir les jeunes filles viennent y remplir leurs cruches […]

SOURCES D’ILLUSTRATIONS

Dessins, peintures et lithographies du siècle XIX

Henri Louis Avelot, Tempio, ca 1894-1902, IN Marius Bernard, Autour de la Mediterranée. L’Italie. (De Ventimille à Venise), Paris, ed. Henri Laurens, 1894-1902.

Alessio Pittaluga, Berger de la Gallura, ca 1826, IN Royaume de Sardaigne dessiné sur les lieux. Costumes par A. Pittaluga [lit. gravées par Levilly et Vitasse], Paris – P. Marino, Firenze – Antonio Campani, 1826, rist. Carlo Delfino 2012.

Alessio Pittaluga, Cultivateur Templois, ca 1826, IN Royaume de Sardaigne op. cit.

Giuseppe Cominotti, “Salut tempiese”, 1825, IN Francesco Alziator, La raccolta Cominotti: raccolta di costumi sardi della Biblioteca Universitaria di Cagliari, ed. De Luca 1963 e Zonza 1990.

Cartes postales et photos, fin du 19ème / début du 20ème siècle

Collection de Erennio Pedroni, Gianfranco Serafino, Vittorio Ruggero.

Photos Contemporaines

Vittorio Ruggero – Flickr; Antonio Concas – Flickr

© TOUS DROITS RÉSERVÉS